Martine Henry

Heterotopia

Martine Henry
« 1 of 12 »

 

« HETEROTOPIA »

Ce travail fait suite à un travail en N&B intitulé « UTOPIA ».

L’hétérotopie se définit comme la localisation physique de l’utopie.  L’hétérotopie peut juxtaposer en un seul lieu plusieurs espaces eux-mêmes incompatibles dans
l’espace réel, s’ouvrir et se fermer, ce qui à la fois l’isole, la rend accessible et pénétrable.

Le jardin zoologique répond à ces critères, il est à la fois : lieu d’observation scientifique, lieu
d’exotisme, lieu touristique, lieu d’exhibition de choses rares, et ne s’encombre pas des
anachronismes liés au concept même de zoo.

Cet espace de notre perception première, celui de nos rêveries c’est peut-être une réponse aux
besoins de décors d’évasion de la réalité immédiate, une échappatoire à la quotidienneté
répétitive.
Le zoo est un lieu concret fait de vrais faux-semblants, ayant valeur de récréation et de
distraction, qui héberge l’imaginaire.
On en revient à l’utopie : celle-ci n’est-elle pas un contournement, une échappatoire de la
banalité du quotidien ?

L’axe couleur nous fait rêver, embelli l’atmosphère, transforme la réalité en imaginaire ou
l’imaginaire en réalité, rend celle-ci réelle.
La vie est un théâtre permanent et le théâtre, comme le jardin est une forme d’hétérotopie.

UTOPIA et HETEROTOPIA, seraient-elles les facettes d’un même paradigme ?

Bruxelles, le 6 Juin 2018.

Martine HENRY

voir son site